top of page
  • Eddy

Exposition Pink Floyd : Their Mortal Remains à Montréal

Dernière mise à jour : 23 déc. 2022



L'exposition sur le groupe légendaire Pink Floyd, intitulée Their Mortal Remains, est actuellement à Montréal et ce jusqu'au 5 février 2023. Après Londres, Rome, Dortmund, Madrid et Los Angeles, c'est dans la métropole du Québec que ce superbe évènement fait un arrêt. Que vous soyez un fan fini de la formation londonienne (comme moi,) ou que vous connaissiez à peine leurs oeuvres (comme ma blonde!), tout le monde y trouve son compte tant l'exposition est complète et bien structurée. Le côté immersif est un plus qui ravira les visiteurs et visiteuses!


Situé à l'Arsenal Art Contemporain à Griffintown, ancien quartier ouvrier au sud-ouest de la ville, ce gigantesque centre d'exposition est un choix judicieux pour accueillir ce type de manifestation culturelle.


Afin de lui partager ma passion pour Pink Floyd, j'ai proposé à ma blonde de m'accompagner. Nous pénétrons alors dans ce lieu immense, sombre, où trône, au-dessus de nos têtes, une réplique de l'un des personnages de The Wall, gonflée à bloc.

Une forme de boîtier multimédia avec écouteurs nous est fourni pour débuter l'exposition et sa fonction est simple et efficace; tout au long du parcours, dès que nous approchons d'un écran, nous avons droit à des entrevues, des vidéoclips ou des extraits de spectacles. Avant de rentrer dans la première pièce, un hommage aux spectacles ayant eu lieu au Québec est présenté avec des affiches d'époque, des magnifiques photos du public et du groupe. Le spectacle au Stade Olympique de Montréal le 6 juillet 1977, lors de la tournée Animals, est un moment fort de la carrière du quatuor anglais. En effet, selon le mythe, les fans québécois étaient particulièrement alcoolisés et agités au premier rang. Roger Waters, agacé par l'attitude de certains de ces spectateurs, aurait craché sur l'un d'entre eux et le concept du mur pour The Wall aurait été imaginé ce soir-là. A savoir, une séparation, une bulle protectrice entre le musicien et les fans lors de ce fâcheux évènement.



Affiche des deux dates québécoises de la tournée de 1971.



La première partie est largement dédiée au génie créatif de Syd Barrett, qui est l'âme et l'identité musicale du groupe malgré son court passage dans la formation. Nous nous rendons compte à quel point il a été indispensable pour créer le son et l'univers musical de Pink Floyd. Ce poète bohême et tumultueux, un véritable écorché vif, a notamment été l'inspiration pour le morceau Shine On You Crazy Diamond, titre d'ouverture de l'album mythique Wish You Were Here (1975)


Syd Barrett.


A travers plusieurs pièces, on retrouve une rétrospective de la carrière des musiciens dans l'ordre chronologique, album par album avec, à chaque fois, une multitude d'objets, de costumes de scènes, d'instruments et de cahiers d'écriture des morceaux.


Premier album studio, The Piper At The Gates Of Dawn, 1967.


L'exposition met en valeur les pochettes et l'art réalisés par le génial et regretté Storm Thorgerson, photographe et graphiste ayant travaillé avec le groupe de l'album Saucerful Of Secrets jusqu'à la compilation Echoes : The Best Of Pink Floyd. On tombe instantanément sous le charme de ses oeuvres épiques qui ont marquées nos mémoires collectives. Il a également travaillé avec Alan Parsons, Audioslave, Muse, Led Zeppelin ou encore The Mars Volta. Son oeil vif et créatif a été primordial, car le côté visuel est très important dans la carrière des britanniques. Thorgerson a fondé le collectif Hipgnosis, qui reste une référence pour les pochettes d'albums qui ont marquées l'histoire de la musique.




Nous avons passé pas moins de trois heures à nous nourrir de cette rétrospective, qui balaye de façon remarquable la carrière du groupe. Un groupe qui a marqué la musique et qui continuera de le faire grâce à son héritage riche et varié.


Costume de scène de Nick Mason, période The Piper At The Gates Of Dawn, circa 1967.



La fameuse guitare qui se joue à plat, utilisée par David Gilmour. Période Meddle 1971.



Pochette de Wish You Were Here (1975).


Pochette arrière de Wish You Were Here, inspirée par le peintre surréaliste belge René Magritte.



Nick Mason a fait peindre sa batterie après leur tournée au Japon, selon l'oeuvre de Katsushika Hokusai.



Animals (1977).


Le professeur, l'un des personnages de The Wall, ici en poupée gonflable géante comme lors des représentations en concerts.


Pink Floyd version 2.0 sans Roger Waters.



Poster de tournée 1988.



A Momentary Lapse Of Reason (1987).


Les coups de coeur d'Eddy

-Dans la partie consacrée au Live à Pompéi, nous avons l'occasion de visionner des images d'archives de David Gilmour et Roger Waters en train de déguster des huîtres, discutant de la nationalité de ces dernières. Un moment drôle et cocasse!

-La pièce consacrée à l'album Wish You Were Here a été l'une de mes préférées, car c'est un de mes disques favoris. Dans les images, on a le droit aux coulisses de la prise de photos de la pochette avec cet homme en feu, réalisée sans effets spéciaux. Autant dire que c'était assez compliqué à réaliser et surtout, à immortaliser.

-La fin de l'exposition nous plonge dans une pièce sombre et sur des écrans géants, nous avons le droit à la prestation de Confortably Numb, interprétée lors de la dernière réunion du groupe en 2005 pour le concert caritatif du Live Aid, à Londres. Grand moment d'émotions pour ma part.



The Endless River (2014).


Moi devant less statues de The Division Bell (1994).


Le point de vue inutile de ma blonde (une première pour le blogue!)

« Ma chérie, il y a une exposition sur Pink Floyd à Montréal ! »

« Ma chérie, est-ce qu’on va à l’exposition de Pink Floyd à Montréal? »

« Ma chérie? Quand est-ce qu’on va à l’exposition de Pink Floyd à Montréal? »

[Soupirs]

Pour moi, l’information la plus importante que je connaissais du band, c’était que mon père avait peint la pochette de l’album Dark side of the moon sur l’un des murs du premier appartement qu’il avait partagé avec ma mère. Et, bien entendu, que mon copain est raide dingue du groupe. Deux bonnes raisons de l’y accompagner. Sans attente.

Depuis, j’ai sûrement recommandé l’expérience à près d’une dizaine de personnes. J’ai été émue par la découverte de l’univers artistique aussi complet et distinctif de Pink Floyd. Leurs débuts plus psyché avec Syd Barrett m’ont particulièrement plu.

L’exposition amène le visiteur à s’immerger dans les albums du band qui, tour à tour, donnent l’impression de voyager à travers des pays structurés, singuliers, originaux. Des pays liés par un environnement visuel incroyable. Les photographes, graphistes, illustrateurs et artisans de l’animation ayant collaboré avec Pink Floyd au fil des époques ont unifié leurs albums par des œuvres de la beauté d’océans, de mers, de forêts et de plaines sauvages. Les albums s’unissent alors pour former une planète d’une grande beauté. Qui fait sens. Qui est invitante.

La finale de l’exposition peut toutefois laisser un goût amer. La visite termine par le visionnement de la prestation du band lors du Live 8 de 2005, qui montre un groupe préoccupé par la justice sociale, l’égalité, la pauvreté. Avant de rejoindre la sortie, une salle remplie de produits dérivés du groupe (t-shirts, gourdes, affiches, livres, boules de Noël, etc.) Made in China à des prix démesurés fait douter des valeurs prônées par les membres du groupe quelques minutes auparavant… Si même Pink Floyd ne peut se payer des produits équitables et plus écologiques, qui le pourra?


Bref...

Pendant trois heures, nous avons été en immersion dans l'univers magique de Pink Floyd. Je ne m'attendais pas à ce que cela soit autant riche et complet. Les musiciens eux-même ont participé à l'organisation de cette exposition qui séduira les initiés et les néophytes du groupe. Autant dire que cela vaut le déplacement et le prix!


Informations pratiques

-Où ? Arsenal Art Contemporain de Montréal, à 950 mètres de la station de métro Georges-Vanier, adresse : 1844, Rue William H3J 1R5

-Quand? jusqu'au 5 février 2023

-Prix? Dépendament du jour, entre 35$ et 55$ plus taxes




92 vues0 commentaire
Post: Blog2_Post
bottom of page