• Eddy

Igorrr - Spirituality And Distortion

Dernière mise à jour : 16 mai 2021

Igorrr nous propose son sixième album intitulé Spirituality and Distortion. Oubliez tout ce que vous avez écouté avant : c'est une expérience auditive incroyable, où l'artiste prend un réel plaisir à fusionner les genres musicaux qui lui tiennent à cœur.



Photo d'une prestation live lord du CopenHell 2018.


L'artiste

Igorrr est le nom du projet musical du français multi-instrumentiste Gautier Serre (musicien, producteur et compositeur). Actif depuis 2005, il décrit son style musical comme un mélange de tout ce qu'il aime : baroque, metal, musique électronique et expérimentale. L'artiste jongle avec ces styles avec une agilité déconcertante.Lors d'une interview en 2011, il expliquait qu'il était déçu par tout ce qu'il entendait. Il a donc voulu créer son propre genre musical, mélangeant ses références et influences préférées.Le résultat est explosif et surprenant! Ce qui est sûr, c'est que jamais vous n'avez écouté un artiste semblable à ce que propose Igorrr. Un véritable ovni sur la scène musicale actuelle, c'est une expérience auditive incomparable à tout ce que l'on connaît! En écoutant ses œuvres, on a l'impression de redécouvrir la musique, ce qui est particulièrement intéressant à une époque où l’on a parfois l'impression de tourner en rond au niveau des nouveautés. Igorrr a déjà été présent sur la scène de festivals de renommée, tels que Dour Festival (trois fois), Roadburn, Metaldays, Le Festival de Jazz de Montreux, Le Download ou encore le Hellfest !



En studio, l'artiste et une de ses poules avec laquelle il a enregistré deux morceaux.


L'album

Spirituality And Distortion est composé de 14 titres et la pochette a été réalisée par Førtifem. Ce duo de graphistes français a déjà travaillé avec Rammstein, Opeth, Gojira ou encore Trivium, mais également avec des marques comme Jägermeister ou Ubisoft. Il n'y a pas de line-up, car sur chaque album, il s'entoure de musiciens différents.Sur celui-ci,Mike Leon (Soulfly, ex-Havok) et George "Corpsegrinder" (Cannibal Corpse) sont quelques-uns des musiciens invités. Pour ce qui est de l'enregistrement, c'est dans les studios Improve Tone, à Lezoux en France, que ce disque a vu le jour.

Unique, chaque piste est une œuvre à part entière,combinant toutes les influences de l'artiste. La magie opère à chaque création!Il y a du clavecin, du piano, de la musique des Balcans, del'accordéon, des beats "trip hop", voir "drum and bass", du chant tantôt baroque tantôt black métal....une vraie spirale de divers univers musicaux rarement mélangés.

En janvier dernier, le vidéoclip de Very Noise a été mis en ligne sur la toile. La vidéo est complètement déjantée, à l'image de ce que fait l'artiste. Esthétiquement parlant, c'est un bijou. Elle a été réalisée par Meat Dept, à qui l'on doit notamment plusieurs clips de Gorillaz, de Coldplay, de Mr. Oizo ou encore le fameux Starlight de Superman Lovers (souvenirs de jeunesse !). Leurs vidéos sont de véritables trésors d'humour décalé et utilisent l'animation comme outil principal de création. Je vous conseille d'aller faire un tour sur leur site pour voir leurs travaux : http://www.passion-pictures.com/paris/work


La description de l'album

-Downgrade Desert : sublime mélange improbable de musique orientale et de metal extrême.



-Nervous Waltz : introduction de musique classique se mêlant à du gros riff de guitare metal, une batterie oppressante et des notes électro qui déstructurent parfaitement le morceau. Les chants baroques créent une ambiance angoissante.

-Very Noise : à date, c'est mon vidéoclip préféré de l'année. Musicalement, c'est comme si on avait mis du Aphex Twin et du Primus dans un blender ! Morceau survitaminé me rappelant le très dérangeant "Un druide est giboyeux..." des français de Pryapisme (clip le plus malaisant et le plus extravagant de tous les temps!)



-Hollow Tree : le clavecin est l'instrument central de cette pièce, il est accompagné d'une voix féminine envoûtante (un peu à la Nightwish ou After Forever).

-Camel Dancefloor : mélange de oud (instrument à cordes oriental) et de grosses sonorités DNB. Encore une fois, on se rend compte de la variété d'instruments qui ont été utilisés pour produire ce disque.

-Parpaing : morceau enregistré avec le chanteur de Cannibal Corpse George Fisher, un artiste que Gautier admire et qu'il cite comme l’une de ses influences. Chant growl mélangé aux sonorités "8 bit", réunion audacieuse mais foutrement bien foutue!



-Musette Maximum : comme son nom l'indique, l'ambiance Bal Musette est à l'honneur ici. Accordéon, grosse basse qui claque et structure guitare/batterie de metal extrême en fond, un morceau impossible à comprendre!

-Himalaya Massive Ritual : pièce de metal extrême instrumentale avec un break oriental (oud) et du chant féminin aux allures d'incantations. On ferme les yeux et on est dans le désert !

-Lost In Introspection : chanson plutôt atmosphérique et planante, mention spéciale pour le batteur qui est une vraie machine.

-Overweight Poesy : comprenez "la poésie du surpoids" : en tout cas si c'est un hommage aux gros, il est tout en finesse ! Chant féminin aux sonorités berbères, à 2:00, le morceau prend une tournure "desert rock", voire stoner, et une voix masculine metal vient violenter le tout.

-Paranoid Bulldozer Italiano : titre "Indus Metal", riffs apocalyptiques, sonorités électroniques et double pédale emportant tout son passage, on sent ici les influences de Ministry. La deuxième partie du morceau est un cocktail "baroque-électro"explosif et rapide.

-Barocco Satani : pour moi, ce morceau passe plutôt inaperçu et n'apporte pas vraiment grand chose à l'oeuvre.

-Polyphonic Rust : morceau moins inspiré également, mais toutefois agréable à écouter, il est plus facile d'accès, car assez mainstream et donc moins perché!

-Kung-Fu Chèvre : musique des Balkans survitaminée pour cette dernière pièce super funky. Une des pistes les plus intéressantes de l’album.


Les choix d'Eddy

-Downgrade Desert

-Nervous Waltz

-Hollow Tree

-Camel Dancefloor

-Kung-Fu Chèvre


Les informations inutiles d'Eddy

Igorrr vient du nom de la gerbille de Gauthier Serre qui s'appelle Igor, les deux "r" ajoutés sont pour rendre le tout plus intense et original.

A la base, j'étais parti pour écrire une critique de l'album Gigaton de Pearl Jam (que j'ai trouvé bon, mais dont la petite touche spéciale manque pour se retrouver sur mon blog). Lorsque j'ai écouté les nouveautés metal du jour sur Spotify et que je suis tombé sur cette pépite, je me suis dis "Oh shit, il faut vraiment que j'écrive une chronique là-dessus, c'est tellement bon!"

En 2015, l'artiste nous pond My Chicken's Symphony et Chicken Sonata, morceaux composés sur des notes de piano joués par l’une de ses poules ! Accrochez-vous !





Bref...

Cet album est sublime et unique en son genre. Je suis convaincu que, comme lors de la sortie de son dernier album Savage Sinusoid, la presse sera unanime sur la qualité de cet opus. Un artiste à découvrir d'urgence, jouant avec les contrastes musicaux et débordant de talent et d'originalité. Son style part dans tous les sens, car Igorrr est doté d'un génie créatif sans limite. Le français s'est très certainement éclaté sur cet album et il n'est pas toujours facile à suivre, ce que j'apprécie énormément chez cet artiste qui crée son délire musical hors des sentiers battus. On a besoin de plus d'artistes comme lui de nos jours. Voyage musical et folie débridée sont à l'honneur sur ce disque. Merci !


Formation

Erlend Caspersen : basse

Gautier Serre : guitare/clavier/electronique

Martyn Clément : guitare

Sylvain Bouvier : batterie

George "Corpsegrinder" Fisher : chant (invité)

Jasmine Barra : chant (invitée)

Laure Le Prunenec : chant (invitée)

Laurent Lunoir : chant/guitare (invité)

Matt Lebofsky : piano (invité)

Medhi Haddab : oud (invité)

Mike Leon : basse (invité)

Pierre Lacasa : chant (invité)

Timba Harris : violon (invité)


Image extraite du vidéoclip "Very Noise".



-Maison de disque : Metal Blade.

-Genre : Metal Fusion.

-Note : 8,5/10 (il y a juste deux morceaux que j'ai moins appréciés, "Barocco Satani" et "Polyphonic Rust".

-Pour fan de : sensations musicales fortes, de Fleshgod Apocalypse, Devin Townsend, Mr Bungle, electro, metal...


Encore une fois, un gros merci à ma blonde Catherine Ferland Blanchet pour la relecture de ma chronique !

306 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout