• Eddy

Korpiklaani - Jylhä

Dernière mise à jour : févr. 12


Les vétérans du folk metal finlandais Korpiklaani sortent leur 11ième album, Jylhä, publié sur le label allemand Nuclear Blast ce 5 février. Habillez-vous de votre peau de bête et installez-vous autour du feu, ça commence…


Le groupe

Formé en 2003 à Lahti, ville finlandaise de 100.000 habitants, Korpiklaani , comprenez "clan de la nature" en finnois, est une des formations les plus emblématiques de la scène folk metal finlandaise qui comprend des groupes comme Finntroll, Ensiferum, Turisas ou encore Wintersun. Ils sont fiers de leurs origines et des traditions ancestrales de leur pays.


Korpiklaani est formé sur les cendres de deux projets musicaux :

De 1992 à 2003, Jonne Järvelä (chant/guitare) faisait de la musique sous le nom de Shamaani Duo (1993-1997), ensuite Shaman (1997-2003), ces deux incarnations ont grandement influencé le son actuel de la formation, qui, à l'époque, était plus "brut" avec des éléments metal qui s'ajoutèrent petit à petit. A noter, l'utilisation d'une batterie shamane , du chant yoik (chant autochtone sami) et humppa (genre musical finlandais influencé par le jazz et le foxtrot) pour Shaman.

Shamaani Duo, lui, était un projet, qui pour moi ressemble plus au groupe de Ritchie Blackmore avec sa femme : The Blackmore's night : ambiance bohème, voix féminine et guitare acoustique. Le chant est ici plus dans l'héritage des traditions des chants shamanes.


Le groupe s'articule donc autour du chanteur et guitariste Jonne Järvelä, seul membre fondateur toujours en activité car la formation a changé moult fois de membres et de directions musicales. Il est la force créative de Korpiklaani et un leader charismatique. Les autres musiciens sont arrivés entre 2003 et 2013. C'est avec Korpiklaani que Jonne connaît le succès international et la consécration pour un groupe venant du pays des mile lacs !


Source : nuclearblast.de

Voici la formation actuelle, de gauche à droite :

Sami Perttula : accordéon

Samuli Mikkonen : batterie

Tuomas Rounakari : violon

Jarkko Aaltonen : basse

Jonne Järvelä : voix, guitare acoustique , mandoline, percussion, violafon

Cane : guitare, chœurs


Jonne Järvella est très productif, autant en spectacles, car ils tournent un peu partout et régulièrement, qu'au niveau de ses sorties car entre 1996 et 2021, ils enregistrent 14 albums studios, soit un album tous les deux/trois ans. (11 avec Korpiklaani, deux avec Shaman et un avec Shamaani Duo)

Leur identité musicale est un folk metal , avec un côté festif pour beaucoup de pièces et un chant mélangeant folk et thrash metal. Au niveau des paroles, elles sont centrées principalement sur la forêt finlandaise, la nature, les comptes et légendes de leur pays dont ils sont fier d'appartenir. Ils ont également pas mal de compositions plus mélancoliques. La mélodie et l'envie de danser sur leur musique est, elle, toujours au rendez-vous ! L'utilisation de l'accordéon, de mandoline et de violon mélangé aux autres instruments plus conventionnels d'un groupe de metal est la force du groupe.


L'album

Jylhä est un mot finlandais qui n'a pas de traduction française ou anglaise directe mais qu'on pourrait décrire par "une scène d'une beauté majestueusement naturelle", avec le côté sauvage, mais qui évoque également des émotions évoquées en lien avec cette scène. La pochette, qui colle parfaitement avec le contenu de l'opus, attire directement notre attention.


Ce disque a été enregistré aux Sound Supreme Studios à Hämeenlinna et dans les studios de Jonne, JonneMusic, à Lahti, avec le producteur de renommé Janne Saksa qui a déjà travaillé avec Mokoma ou encore Turisas.


Au niveau des paroles, les pièces de ce disque aborde des thèmes comme le folklore, la nature, des histoires de célébrations, et de meurtres comme ceux de l'affaire criminel du Lac Bodom, dont le groupe Children Of Bodom (R.I.P Alexi Laiho) est originaire. C'est une des affaires criminelles finlandaise non élucidées les plus populaires au pays, cela a fait coulé beaucoup d'encre. Ce sont trois événements distincts qui se sont déroulés en 1953, en 1987 et en 2006.

Ils ont encore fait appel à leur fidèle parolier Tuomas Keskimäki, poète et auteur finlandais reconnu dans son pays d'origine. C'est principalement Jonne qui est crédité pour la composition de la majorité des morceaux mais les autres membres se sont également prêtés au jeu de l'écriture.


Avec ses treize compositions originales pour une durée d'une heure, Jylhä est un disque brillant, complet et riche, tant dans les émotions, que dans la variation musicale et l'originalité des pièces jamais lassantes et toujours efficaces. Mélanger des styles et des instruments aussi différents est un pari réussi dans lequel les finlandais excellent, en plus de chanter dans une langue qui n'est pas aussi universelle que l'anglais, à savoir, le finnois!

Il est probablement, l'album le plus rapide et le plus diversifié de la carrière de Korpiklaani.


Le mélange entre le côté folklorique et les grosses sonorités metal comme la double pédale rapide opère à merveille. C'est pour moi un de leurs meilleurs albums depuis Manala en 2012.


Le radar analytiquement intense d'Eddy!

1.Verikoira : ça commence fort avec cette pièce férocement solide et mélodique. Jonne a déclaré sur le site de Nuclear Blast que cette pièce avait été composé avec le morceau Painkiller de Judas Priest en tête, dont il avoue avoir fait un hommage vocal à Rob Halford. Le violon qui part dans tous les sens, la double pédale insistante et l'accordéon… tout est excellent!


2.Niemi : sorti sous forme de micro album le 6 janvier avec trois autres titres qui figureront sur Jylhä , cette pièce a un côté punk celtique avec sa rapidité rythmique endiablée! J'adore le jeu du batteur, je le trouve doué! Les paroles relatent les événements du lac Bodom. Jenne a déclaré à propos de cette chanson "Niemi était une des premières chansons écrites pour cet album. J'avais le sentiment qu'après Kulkija (dernier album) , le prochain album pourrait être le disque le plus rapide et le plus "hard" de l'histoire du groupe. J'ai regardé ma Flying V, je l'ai prise et voilà le résultat!"


3.Leväluhta : titre aux sonorités plus bohèmes avec un côté ska (groupe Ska-P) assez bien exploité !


4.Mylly : pièce plus calme où la guitare sonne nu-metal. Le côté médiéval et enchanteur grâce, entre autres, au violon, à l'accordéon et à la voix unique de Jonne fait en sorte que leur musique est intemporelle.


5.Tuuleton : petit bijou de balade power-folk au cœur des forêts nordiques glaciales. Le riff de guitare (à 3:00) est grandement inspiré par le heavy metal britannique (Iron Maiden, Judas Priest). A la fin, il y a un solo d'accordéon et de violon.

Au niveau des paroles, c'est l'histoire d'un oiseau qui est presque incapable de voler comme les autres. Il souffre quand il vole mais ne veut pas rester au sol. Il est triste et n'est pas accepté par ses pairs parce qu'il est différent. L'hiver arrive et avec le froid qui s'installe, c'est de plus en plus difficile pour lui de survivre au sol…

Traduction libre, issue de la page Youtube du groupe.


6.Sanaton maa : belle pièce d'une douceur mélodique épique!

Ce qui m'impressionne c'est comment faire un album en 2021 où chaque pièce est unique en son genre alors que les sonorités se rapprochent sans jamais ressembler à une autre.




7.Kiuru : se traduit par une alouette en français. Le thème ici est une histoire inspirée du double homicide dans le petit village de Tulilahti en 1959. Le démarrage est assez musclé pour ensuite prendre une tournure celtique poétique.


8.Miero : histoire sur la fragilité de la vie en utilisant des métaphores de la nature. Après tout, c'est un fait qu'une vie humaine est rapide comme un clignement d’œil comparé à l’éternité du cosmos.

Pièce assez mélancolique.


9.Pohja : énergie punk-rock, le chant de Jonne est intense et il a l'air transcendé par ce qu'il compte!


10.Huolettomat : morceau plus traditionnel, atmosphère plus légère et Jonne sonne comme un vieux ménestrel alcoolisé!


11.Anolan aukeat : chanson qui ne m'a pas marqué plus que ça.


12.Pidot : se traduit par "repas", ce morceau a des influences bluegrass assez agréables. On y retrouve un invité prestigieux : Jack Gibson, bassiste du groupe de thrash américain Exodus. Ce dernier est un ami de Jonne et il a troqué sa quatre cordes pour du banjo sur cette pièce!


13.Juuret : comprenez "racines", pièce lourde pour terminer cet opus en beauté. Il y a, à 4:30, un gros riffs bien gras !! La double pédale infernale qui suit les notes de l'accordéon jusqu'à la dernière note est comme un adieu mémorable.


Petit bonus :

Les choix d'Eddy

-Verikoira

-Niemi

-Levälutha

-Tuuleton

-Pidot

-Juuret


Les informations inutiles d'Eddy

-Le groupe est connu internationalement dans le genre et s'est produit régulièrement au Pagan Fest, festival aux Etats-Unis et en Europe où se sont déjà produits : Wintersun, Finntroll, Turisas, Moonsorrow, Eluveitie. Pagan signifie païen en anglais.

-Je les ai vu jouer au Graspop 2013 et au Raismes Fest 2008 et c'est un groupe de scène car leurs prestations sont mémorables. Leur bonne humeur , leurs look atypiques de trappeurs finlandais font mouche. C'est très festif et l'ambiance y est toujours bonne ! Sur ma liste de groupes à revoir absolument.

-Les troubadours finlandais ont un amour tout particulier pour la boisson. En effet le thème de l'alcool et de la fête sont assez récurents dans leurs titres : "Vodka", "Tekila", "Jägermeister", "Beer beer", "Bring Us Pints Of Beers", "Let's drink", "Happy Little Boozer" … et on même une vodka à leur effigie !

-Parmi les morceaux les plus marquant de leur discographie, on retiendra, entre autres : Tuli Kokko, Happy Little Boozer, Wooden Pints, Vodka ou encore Levan Polka.



-En tant que Shaamani Duo, il y a eu un album en 1996 « Hunka Lunka » et en tant que Shaman deux : « Idja » en 1999 et « Shamaniac » en 2002.

-Ils ont de nombreux fans à travers la planète et ils sont surnommés affectueusement "Folk Metal Superstars".

-C'est le premier enregistrement avec le batteur Samuli Mikkonen, qui a rejoint l'aventure en 2019. Il est connu pour avoir joué dans la formation de groove metal originaire de Lahti également, Profane Omen.

-La scène metal finlandaise regorge de talents : Epica, Apocalytpica, Finntroll, Children Of Bodom, Sonata Artica, Stratovarius...C'est le pays du heavy metal par excellence. Selon le site finland.fi, 53 groupes de metal pour 100.000 habitants ont été recensés, ce qui en fait le record absolu mondial !

-J'ai jamais tapé autant de fois la lettre "ä" de ma vie , une chance que je l'ai trouvée sur mon clavier!


Bref...

Le genre d'albums dont on adhère à l'univers dés la première écoute, qu'on connaisse ou pas le groupe. Même si on ne comprend pas les paroles, on a l'impression d'être assis autour d'un feu et d'entendre un ancien nous comptant des récits épiques et historiques. Mélanger une musique plus traditionnel (folk) avec du metal (plus agressif) n'est pas chose facile, surtout en innovant...Korpiklaani le fait avec authenticité et avec ses tripes! Ça remet le style folk finlandais au goût du jour en le modernisant. Jylhä remettra les fans les plus frileux d'accord car leur disque précédent avait peu séduit.

Un voyage au cœur des forêts nordiques glaciales et enchantées.


Korpiklaani, c'est comme un bon vin, ça se bonifie avec le temps…


-Genre : Folk Metal

-Note : 9/10

-Maison de disques : Nuclear Blast (Allemagne)

-Pour fans de : Korpiklaani!, Eluveitie, Turisas,...

191 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout