• Eddy

Mogwai - As The Love Continues

Dernière mise à jour : 28 févr. 2021


Un quart de siècle de carrière et une discographie impeccable...Le groupe originaire de Glasgow, Mogwai , maître incontesté de la scène post-rock écossaise sort son dixième album As The Love Continues ce 19 février. Jamais le groupe ne déçoit, cette sortie nous le confirme une fois de plus…


Le groupe

Mogwai, qui voit le jour en 1995 à Glasgow, en Écosse, est une formation de post rock, pour la famille musicale plus large, mais on peut également caractérisé leur style par du rock instrumental et du space rock.


Avec deux changements mineurs dans le line up, le groupe est composé, de gauche à droite, de :

-Dominic Aitchison : basse

-Stuart Braithwaite : guitare, chant

-Barry Burns : guitare, piano, synthétiseur, voix

-Martin Bulloch : batterie


Crédit : Antony Crooke.


Les compositions du quatuor sont majoritairement instrumentales, ce qui laisse plus de place à l'imaginaire de l'auditeur. C'est une des forces principales du groupe et c'est une des raisons pour lesquelles ils ont une large communauté de fans à travers la planète.

A ce propos, Stuart Braithwaite a dit lors d'une entrevue accordée au journal The Express : "Je pense que la plupart des gens n'ont pas l'habitude de ne pas avoir de paroles sur lesquelles se concentrer. Les paroles sont réconfortantes pour pas mal de personnes. J'imagine qu'ils aiment chanter à tue-tête, et quand ils ne peuvent pas le faire avec nos morceaux, ils peuvent être légèrement contrariés (rires)"

L'univers musical de Mogwai est trippant et planant (space rock) mais a également un côté sombre et mélancolique. Le tout avec une justesse et un équilibre des émotions qu'ils font passer par leur musique qui est subtilement balancé. La guitare , avec de nombreuses textures grâce aux pédales à effets, est le fil conducteur de la plupart des pièces enregistrées par la formation écossaise. C'est également la signature de l'ambiance musicale du groupe. Leur son n'est jamais le même mais est toujours unique car leur univers est inimitable est abondamment travaillé.


L'album


Mogwai annonce via les réseaux sociaux, que le 13 février 2021, soit une semaine avant la sortie de son album As The Love Continues, une prestation filmée en direct du Tramway, à Glasgow aura lieu. Les fans pourront alors découvrir en avant première, le futur album, joué sur scène dans son intégralité. L'accès à ce concert virtuel était proposé pour la modique somme de 15£ (environ 25$ CAN).



La date de sortie du 19 février n'est pas un hasard puisqu'elle coïncide avec le 25ème anniversaire de la sortie du premier single du groupe Tuner/Lower.


Cet opus est le successeur du génial Every Country Sun sorti quatre ans plus tôt et toujours produit, pour la quatrième fois, par Dave Fridmann du groupe Mercury Rev. Ce dernier est réputé pour avoir travaillé avec Tame Impala, Ok Go, Weezer ou encore The Flaming Lips. Pandémie oblige, le groupe a dû communiquer avec le producteur via Zoom!


As The Love Continues est composé de onze morceaux pour une durée d'un peu plus d'une heure. Il comporte principalement des compositions instrumentales, à l'exception de la pièce Ritchie Sacramento. Le processus d'écriture a commencé en février 2020, un mois avant que la pandémie de Covid-19 frappe le Royaume-Uni. Ils ont eu du temps pour se consacrer pleinement à l'écriture de leur album et ont annulé leur tournée 2021 en septembre 2020.


Le radar analytique et intense d'Eddy

1.To The Bin My Friend, Tonight We Vacate Earth : ouverture accrocheuse et profonde avec ses envolées électroniques puissantes grâce à ce synthétiseur omniprésent. On peut y entendre Benjamin John Power des groupes Fuck Buttons et Blanck Mass qui cite la phrase du titre dans son sommeil et qui l'a envoyé directement au groupe !

2.Here We, Here We, Here We Go Forever : introduction 8 bit funky, cette pièce est mélancolique tout en étant pleine de force et part dans des territoires plus variés les uns que les autres.


3.Dry Fantasy : sorti sous forme de premier single avec son vidéoclip ultra psychédélique, la mélodie aurait pu sortir de la trame sonore de Stranger Things. Léger et hypnotisant, Dry Fantasy démontre, une fois de plus, le talent du groupe pour écrire des pièces instrumentales ambiantes à l'énergie indescriptible.


4.Ritchie Sacramento : seul morceau non-instrumental, la voix post-apocalyptique de Stuart est tellement agréable à écouter… similaire à l'ambiance générale de l'album Blow de la formation belge Ghinzu. Énergie punk-rock mélancolique au menu !

Ritchie Sacramento est un hommage au chanteur du groupe Silver Jews, David Berman, décédé en 2019. Le texte est inspiré d'une histoire de Bob Nastanovitch, ex- Silver Jews, qui raconta une anecdote où Berman avait lancé une pelle sur une belle voiture de sport! (merci les excès…)

C'est également un hommage aux musiciens qui ne sont plus de ce monde. Quant au titre, il provient d'un malentendu d'un ami de Stuart, sur le nom du musicien japonais Ryuichi Sakamoto.

Encore une fois rien n'est laissé au hasard dans l’esthétique de cette sublime vidéo.

Ritchie Sacramento plaira aux nostalgiques de la scène alternative des années 90 comme Nada Surf, Eels, Grandaddy, Weezer... mais également aux fans de shoegaze.


5.Drive The Nail : pièce noire et hypnotique de plus de 7 minutes, où comme son nom l'indique, on enfonce le clou, peut-être un peu trop loin car c'est le désordre et on est un peu perdus dans le chaos à l'écoute de cette pièce.


6.Fuck Off Money : utilisation d'un vocodeur par Barry Burns pour créer une voix à l'ambiance robotique assez proche de l'univers des Daft Punk (R.I.P leur carrière !)

Pièce plus tranquille avec une ambiance cinématographique qui est propre au groupe, qui, il faut le rappeler, a écrit plusieurs B.O de films et de séries.


7.Ceiling Granny : morceau qui plaira aux fans de Smashing Pumpkins car c'est assez proche des compositions de la bande de Billy Corgan , surtout dans la période Siamese Dreams!


8.Midnight Fit : arrangé par Atticus Ross (Nine Inch Nails) , les synthés wave années 80 et l'intrusion de cet orchestration épique, font de Midnight Fit un des moments forts de cet opus.

La belle montée en puissance dans ce chaos jouissif (deuxième partie), où une flopée d'instruments et d'effets se croisent est un de mes passages préférés.


9.Pat Stains : Retour au calme avec cette composition étourdissante, où Colin Stetson, saxophoniste alto, est invité à se joindre au groupe. L'alternance d'harmonies mineures et majeures et la succession de mesures 4 et 5 temps à la guitare en font une pièce trippante et réjouissante.


10.Supposedly, We Were Nightmares : Une des pièces les plus structurées de l'album, et donc plus facile d'approche.


11.It's What I Want To Do, Mum : clôture en beauté de cet excellent disque. La guitare y est mélancolique et les claviers démarrent en fond sonore, pour ensuite prendre une place de plus en plus présente au fur et à mesure de l'évolution de ce morceau cosmique.

Dans la même vibe que leur morceau "Star Wars", sorti en 2003.


Les choix d'Eddy

-To Te Bin My Friend, Tonight We Vacate Earth

-Here We, Here We, Here We Go Forever

-Ritchie Sacramento

-Fuck Off Money

-Ceiling Granny

-Midnight Fit

-Pat Stains

-It's What I Want To Do, Mum

Les informations inutiles d'Eddy

-La pochette de l'album, réalisée par David Thomas (DLT) où l'on voit un renard blanc, est inspirée des pellicules négatives, originaires de Russie en 1910 que l'on retrouve dans la collection de la Library Of Congress de Washington.

-Le nom du groupe provient des créatures fictives tantôt poilues et gentilles, tantôt gluantes et méchantes de la franchise des films cultes Gremlins, dont le premier volet est sorti en 1984. Cela signifie "esprit maléfique" en cantonais.

-Le groupe a composé de la musique pour des bandes sonores de films et de séries, notamment pour les séries Les Revenants et ZeroZeroZero, le documentaire Zidane : A 21th century portrait ou encore, pour les films The Fountain, Atomic, Before the flood (avec Trent Reznor et Atticus Ross) et Kin. Leur univers musical s'apprête extrêmement bien à ce genre d'exercice !

-Lors du spectacle virtuel pour présenter l'album, ils ont joué, en bonus deux titres de leur catalogue : How To Be A Werewolf et Like Herod.

-Pour célébrer la sortie de leur album Rave Tapes (2014) , un whisky à quantités limitées a été produit pour l'occasion, un single cask, 9 ans d'âge, Glenallachie.

-Plusieurs titres de leurs morceaux sont mystérieux, comme par exemple, "You're Lionel Richie", "How To Be A Werewolf"," I'm dead, I'm Jim Morrison"... Dans le documentaire sur l'enregistrement de l'album Mr.Beast, les membres affirment que ces titres n'ont aucune signification délibérée.

-On peut voir une de leur prestation live à KEXP en 2019 ici


Bref...

La bande de Glasgow frappe encore fort avec un album à l'ambiance spatiale, planante et est d'une beauté poétique sans fin. La production est impeccable et on écoute ce disque comme une expérience auditive qui, le temps d'une heure, nous fait décrocher de l'espace temps dans lequel nous nous trouvons. Les sonorités électroniques infusées au jus post rock nous donne un cocktail réussi sur toute la ligne. La production et l'écriture sont sublimes et cet opus a sa place dans le classement des meilleures sorties de Mogwai. Seul point négatif pour ma part, c'est peut être que le groupe a essayé de faire un album un peu plus "mainstream" et facile d'approche que d'habitude. Mais je ne vais pas bouder mon plaisir pour autant… As The Love Continues est le genre de disque qui nous transporte directement vers un lieu agréable et serein.


-Genre : Post rock/Rock Instrumental/Space Rock

-Note : 77/100

-Maison de disques : Rock Action/Tempory Residence Limited

-Enregistrement : Vada Studios, Alcester, Angleterre et mastering aux mythiques studios Abbey Road.

-Pour fans de : Rock instrumental, Post Rock, Space Rock, Rock alternatif des années 90 (Smashing Pumpkins, Nada Surf...)

-Web : https://mogwai.bandcamp.com/music

368 vues7 commentaires

Posts récents

Voir tout