top of page
  • Photo du rédacteurEddy

Population II - Electrons libres du québec

Le trio montréalais Population II est de retour, trois ans après son premier opus À La Ô Terre, avec Electrons libres du québec. Le mélange des genres est sublimé de manière éclatante, accompagné de cette énergie explosive et de ce groove inimitable propre au groupe. Retour sur ce qui est, selon moi, une des sorties les plus remarquables de cette année.


Le groupe

Les origines de Population II remontent à loin car les trois membres sont des amis de longue date qui se connaissent depuis le secondaire. Des mélomanes en quête de plus de découvertes musicales et sonorités différentes. Le projet s'articule autour de Pierre-Luc Gratton au chant et à la batterie, de Tristan Lacombe à la guitare et aux claviers, et de Sébastien Provençal à la basse. Je qualifirais le groupe de "power trio", ce terme apparu dans les années 60 et popularisé par des formations comme Cream ou The Jimi Hendrix Experience est une formule qui me plait partiulièrement. Surtout quand les musiciens sont si talentueux comme dans ce cas-ci!

Deux EP ont vu le jour : Population II en 2017 et II – Onisme en 2018, tous deux composés de deux longues pièces. Ces enregistrements ont retenu l'attention de John Dwyer, leader du groupe de garage rock américain Osees et de la maison de disques indépendante Castle Face Records. C'est sur ce label que voit le jour le premier album complet intitulé À La Ô Terre, en 2020. Cette excellente sortie a été acclamée autant par la presse spécialisée que par les mélomanes de ce monde et reste un disque qui m'a marqué surtout par sa qualité d'écriture déconcertante.

Les influences musicales sont très diverses : le garage rock , le funk, le rock psychédélique, le krautrock des années 70, la période électrique de Miles Davis, le rock progressif... Le tout est transcendant et planant à souhait, avec une énergie communicative et un chant en français, ce qui est également à souligner. Les musiciens se tiennent loin de la scène indie québecoise actuelle avec un côté plus niché ce qui leur donne un côté authentique et sincère dans leur recherche de la perfection musicale.

Source : bonsound.com

Crédit : Didier Pigeon-Perreault

De gauche à droite : Tristan Lacombe, Pierre-Luc Gratton et Sébastien Provençal.



L'album

Pochette réalisée par Hugo Jeanson


Electrons libres du québec sort le 6 octobre sur le label montréalais Bonsound. Il est composé de neuf titres originaux pour une durée de 40 minutes.

Plus incisif et intense que son prédécesseur, cet opus mêle toujours brillamment les influences des musiciens avec un groove jouissif et des performances musicales qui atteignent des sommets. Un voyage psychédélique unique, auquel l'auditeur n'en sort définitivement pas indemne !


Des musiciens additionnels sont présents sur deux pièces : Emmanuel Ethier au violon sur Réservoir et Colin Fisher au saxophone sur Réservoir et Pourquoi qu'on dort pas. La production et le mixage ont été confiés à Emmanuel Ethier avec Trevor Turple comme ingénieur du son. Quant au mastering, il a été réalisé par Ryan Morey. L'enregistrement s'est déroulé au Studio Gamma en octobre 2021 et les voix et overdubs ont été enregistrés au Studio Ding Dong en janvier-mars 2022. Les paroles sont écrites par le leader charismatique de la formation, à savoir Pierre-Luc Gratton.


L'ambiance générale du disque est un jazz psychédélique qui, à certains moments, sonne comme une jam interstellaire planante qui nous emmène dans des contrées inconnues mais tellement agréables. Le temps s'arrête et l'on se délecte de chaque note du merveilleux univers proposé par Population II, dans lequel on plonge les yeux fermés pour une expérience magique et trippante.


Le radar analytique et intense d'Eddy


1. Orlando :

Le ton est donné dès les premières notes : les trois musiciens vont nous faire passer un moment musical inoubliable et décadent. Les effets de la voix donnent une impression d'hallucination qui prend aux trippes surtout quand Pierre-Luc part dans un chant plus rageur aux sonorités punk/garage rock. Le fait qu'il chante en français ajoute une plus-value à l'oeuvre et cela colle parfaitement avec l'instrumentation. A partir de 2:55, jusqu'à 3:32, l'auditeur a droit a une envolée épique avec un solo de guitare féroce à 4:02 où la distortion utilisée est tout simpement jouissive. Du régal pour les tympans les plus aiguisés !


2. C't'au boute :

Ambiane space rock au menu surtout grâce à cette merveilleuse ligne de basse qui est le fil conducteur de cette composition. A plusieurs reprises, on retrouve le fuzz des premiers albums de King Gizzard & The Lizzard Wizard, surtout avec la distortion particulière de la guitare. De 3:22 jusqu'à la fin du morceau, nous avons le droit à des sonorités plus jazzy pour un retour à la douceur jusqu'à la pièce suivante.


3. C.T.Q.S :


Voici un court extrait du morceau lors du passage au groupe au Pantoum. J'avais d'abord filmé car le gars qui est devant moi était particulièrement intense mais je la partage!


Prog' infusé d'une touche de jazz surmonté de notes fuzzées au programme avec l'énergie signature que l'on retrouve tout au long de l'album, voilà ce que C.T.Q.S vous propose. A 3:25, une jam psychédélique intense avec des effets hurlants sur les claviers qui donne une touche d'agressivité qui fait du bien !


4. Beau Baptême :

Sortie quelques mois avant la sortie du disque, je suis tombé instantanément sous le charme de cette chanson. La force tranquille du chant de P-L est l'élément central de cette oeuvre.


5. Tô Kébec :

Ce qui suit est la pièce la plus buzzée! A 18 secondes, le passage me fait penser à un classique des Beastie Boys. Seriez-vous capable de l'identifier? Les contrées du stoner et du punk sont ici bien exploitées avec une énergie communicative. P-L se donne à coeur joie avec des roulements incisifs sur sa batterie! A 2:11, on baisse d'intensité avec un passage qui me rappelle Roadhouse Blues des Doors, suivi d'un riff de guitare psyché à souhaits.


6. Lune Rouge :

Morceau que j'ai le moins apprécié de l'album car il ne m'a pas spécialement procuré d'émotions. Loin d'être mauvais, je n'ai juste pas trop compris où le morceau nous amenait.


7. Réservoir :

Pièce la plus longue avec plus de 6 minutes, l'auditeur passe par une palette d'émotions avec la première partie qui est plus psychédélique et mélodique, suivi par un segment mélancolique et poétique (3.42) pour partir en free jazz vers la fin du morceau.

L'ajout de musiciens invités, à savoir un saxophoniste et un violoniste apporte plus de textures dans la composition.


8. Rapaillé :

Une des pièces les plus "funky" surtout grâce à la basse qui a un groove terriblement efficace. Il y a un côté obscur et limite menaçant qui règne tout au long du morceau qui nous sort de notre zone de confort, mais avec un côté mélodique toujours maitrisé.


9. Pourquoi qu'on dort pas :

Ambiance psychédélique années 70 qui me faitt, une fois de plus, penser aux Doors ! L'ajout d'un saxophone rend la pièce plus riche et complète pour cette dernière toune de l'album, qui est hypnotisante jusqu'à la dernière note.


Les informations inutiles d'Eddy

-J'ai découvert pas mal de sonorités que je retrouve dans des groupes que j'aime comme The Claypool Lennon Delirium, Osees, King Gizzard & The Lizard Wizard,... pour les groupes contemporains. The Doors avec Ray Manzarek ou Deep Purple avec John Lord pour le côté claviers hyper créatif et l'ambiance générale de la période Ozzy de Black Sabbath pour la lourdeur maitrisée. Par contre pour le côté jazz je n'ai malheureusement pas trop les références car c'es un style musical dont je connais trop peu l'univers.


-Je suis allé au spectacle de lancement de l'album au Pantoum de Québec le 13 octobre et j'étais sidéré par la maîtrise des instruments par ces trois virtuoses. Leur énergie sur scène est indescriptible et il y a une véritable alchimie entre les trois complices ce qui est beau à voir !


-Je me suis procuré le vinyle limité à 200 exemplaires pour les disquaires indépendants. Le disque sonne comme une tonne de briques et le design de la galette est vraiment réussi. Voici une photo de ce bel objet qui tourne sur ma table tournante!


Bref...

Album québecois de l'année, à écouter d'urgence. Point final



-Label : Bonsound

-Pour fans de : Osees, KG&TLW, funk, psychédélique, de sonorités nouvelles et rafraîchissantes !

-Web : https://population2.bandcamp.com/






195 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


Post: Blog2_Post
bottom of page