top of page
  • Photo du rédacteurEddy

Isaak - HEY


Fan de stoner rock et de gros fuzz? Cette sortie est à découvrir impérativement tellement elle est un plaisir auditif excessivement agréable ! Le quatuor Italien Isaak revient sept ans après son dernier album et nous présente HEY, un petit bijou du genre qui aura très vite sa place dans tes oreilles et dans ta tête!


Le groupe

Isaak fait partie de l'histoire de la scène rock stoner italienne. D'abord actif sous le nom de Gandhi's Gunn (2007-2011), la formation doit changer de nom après avoir signé sur le label Smalltone Record. En effet, il existe déjà aux Etats-Unis un groupe qui se nomme Gandhi's Gun (à un "n" près!). Le soir, après avoir signé sur leur nouveau label, les musiciens passent une soirée à écouter le Red Album des Baroness et, avec l'aide de quelques bières et de tequilas, ils optent pour le nom Isaak, en hommage à une pièce de ce disque.

Trois disques ont vu le jour : The Longer The Beard, The Harder The Sound (2013), Sermonize (2016) et HEY; dont nous nous attardons aujourd'hui. Dans leur discographie figure également deux "split" albums avec Mos Generator (2015) et Chron Goblin (2019). L'univers musical proposé par les quatre musiciens originaires de Gênes est un stoner mélodique et énergique, où le mur de riffs de guitare prend une belle place dans les compositions. Ils aiment se définir, avec leur son actuel, comme étant un "Riffalicious Fast Forward Stoner Rock Band"


De gauche à droite : Davide Foccis (batterie), Francesco Raimondi (guitare), Giacomo Boeddu (chant) et Gabriele Carta (basse).

Source : Heavy Psych Sounds Records


L'album

HEY est sorti le 31 mars dernier sur le label romain Heavy Psych Sounds Records. Il contient onze compositions originales pour une durée de 44 minutes. La pochette a été réalisée à partir d'une photo prise par le chanteur Giacomo Boeddu lors d'un voyage en moto en Toscane. Il représente le visage de Leonard De Vinci taillé dans la pierre. Le logo du groupe et la pochette ont été réalisés par un ami du groupe, à savoir l'illustrateur SoloMacello. Pour voir son travail , c'est sur son IG que cela se passe : www.instagram.com/solomacello



Pochette réalisée par SoloMacello.



Le radar analytique et intense d'Eddy

1.Miracle B : l'inspiration de ce morceau d'ouverture est une publicité de télé-achat des années 90 pour un couteau de cuisine, le Miracle Balde, présenté par le Chef Tony. Le tout a été samplé et monté pour un résultat surprenant. Du stoner mélangé avec une publicité de télé-achat? Du jamais vu ! Je vous conseille d'écouter le morceau puis de regarder la vidéo originale :

2.Hey : énergie communicative avec un "Woow" crié plusieurs fois , la première fois un peu mollement mais la deuxième fois de façon plus épique. Ca me rappelle Stu des King Gizzard & The Lizard Wizard qui aime faire ce petit cri dans bons nombres de leurs compositions. Le riff de guitare et la mélodie rentrent facilement en tête et c'est du caviar pour les oreilles !


3.OBG : A 1:43 la cohésion entre les musiciens est parfaite et cela sonne comme un vrombissement de moteurs bien huilé ! Le chant est à mi-chemin entre Glenn Danzig (Danzig, Misfits) et Ralf Gyllenhammar du groupe Mustasch. J'apprécie ce type de voix, à la fois brute et sincère. Elle colle parfaitement avec les compositions.

4.Except : j'ai retrouvé ici du rock alternatif des années 90/début 2000. Plusieurs formations belges me sont venues à l'esprit mais c'est Ghinzu qui me semble le plus proche musicalement. Un côté mélancolique et maussade, avec une belle montée en puissance chaotique digne de ce nom (à partir de 2:47)

Surprenant.


5.Rotten : prenant et survitaminé dès la première note, Rotten a un côté Mastodon, surtout dans les envolées vocales aériennes et progressives. Cette similitude m'a emballé lors de la première écoute et j'ai toujours le même ressenti après une dizaine d'écoutes !


6.Over The Edge : j'ai aimé le côté supersonique et électrisant du riff de guitare qui donne une impression de rapidité assez plaisainte. La batterie et la basse suivent à merveille, comme sur chaque morceau d'ailleurs.


7.Dormhouse : le chant est encore plus faché et c'est la section rythmique (basse/batterie) qui a retenu mon attention ici. J'ai aimé les séquences de roulements super efficaces qui m'ont fait penser au groupe anglais Royal Blood dont j'avais usé le premier enregistrement jusqu'à plus soif ! Les claquements de cordes de basse surtout sur la fin de la piste sont habillemnt maitrisés.


8.Fake It Till You Make It : morceau un peu plus radiophonique à l'énergie rock'n'roll légère.


9.Taste 2.0 : si vous aimez Red Fang, alors vous allez aimer Taste 2.0 !


10.Sleepwalker : du stoner musclé à l'état sauvage mais avec le côté mélodique toujours bien présent ce qui enlève un peu de lourdeur à la pièce. Le solo de guitare à partir de 2:00 est brûlant d'ingéniosité.


11.Goodbyes Are Always Very Sad : clotûre de l'album avec cet hommage à la grand-mère du chanteur, Clelia, une vraie grand-mère italienne selon les dires de son petit-fils.


Les informations inutiles d'Eddy

-Pour ceux qui n'ont aucun abonnement à des plateformes de streaming de musique , voici l'album complet :


-La chanson qui a donné l'inspiration du nom du groupe :

-Le label Heavy Psych Sounds Records, basé à Rome, regorge de talents : 1000mods, Yawning Man, Bongzilla, The Pilgrim, Giöbia, Margarita Witch Cult, Stöner, 1782, A Karma To Burn... et j'en passe !


-J'ai demandé au chanteur quelle étaient leurs influences et elles sont diverses : Quicksand, Cave In, Viagra Boys, Big Brave, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Priestless...


Bref...

Un opus avec une belle énergie. Le genre de disques qui favorise la bonne humeur et la motivation quotidienne !

-Genre : Stoner

-Maison de disques : Heavy Psych Sounds Records

Pour fans de : Kyuss, Red Fang, Orange Goblin, Queens Of The Stone Age, Royal Blood, Mustasch...

Pour les amateurs de vinyles, il y a de très belles versions colorées !

130 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page