top of page
  • Photo du rédacteurEddy

Monkey3 - Welcome To The Machine


Les Suisses de Monkey3 sortent leur septième album intitulé Welcome To The Machine ce 23 février sur le label autrichien Napalm Records. Retour sur ce petit bijou de rock psychédélique/stoner instrumental qui est un solide prétendant au candidat d'album de l'année!


Le groupe

Monkey3 est un quatuor originaire de Lausanne et actif sur la scène depuis 2001. Leur musique est instrumentale et se compose d'un savant mélange de rock psychédélique, de stoner, de space rock et de prog', le tout divinement balancé avec leur univers musical unique et fascinant. Dans la riche discographie de nos quatre primates préférés, on y compte sept albums : Monkey3 en 2003, 39 Laps en 2006, Beyhond The Black Sky en 2011, The 5th Sun en 2013, Astra Symmetry en 2016, Sphere en 2019 et Welcome To The Machine en 2024, sur lequel je vais me pencher aujourdh'ui.

Le groupe s'est forgée une solide réputation sur la scène stoner et chaque sortie est toujours très attendue, tant par les fans du genre que par les critiques. On peut dire qu'ils méritent le status de maîtres du psyché instrumental et qu'ils n'ont plus à le démontrer!

La formation helvétique s'est produite dans divers festivals européens de renommée internationale comme le DesertFest, le Roadburn, le Freak Valley, le Hellfest, etc.. Un album live a même été enregistré lors de leur passage au Freak Valley 2015, à Netphen en Allemagne.

De gauche à droite : Boris (guitare), Walter (batterie), dB (claviers, effets sonores et guitare acoustique) et Jalil (basse).



L'album

Pochette réalisée par Sébastien Jerke


Welcome To The Machine est composé de cinq pièces assez consistantes , entre 6 et 13 minutes.

L'inspiration pour cet album, qui pourrait d'ailleurs être une excellente trame sonore, a été puisée dans des films comme 2001 : L'Odyssée de L'Espace, The Matrix, Sunshine, Solaris ou encore dans le roman 1984. Le concept narratif de l'oeuvre est un fil conducteur défini, à savoir les doutes sur l'évolution de notre société et sur la dualité qui oppose l'homme aux machines avec tous les excès que cela implique aujourd'hui et ce que cela impliquera dans le futur.

Cet opus est doté une intelligence d'écriture hallucinante et l'auditeur est amené à voyager, à tripper, et même à réfléchir, ce qui est la beauté de la musique instrumentale. Du moins quand c'est proche de la perfection comme dans ce cas-ci! Le côté éléctronique du son de Monkey3 a été poussé volontairement et il est opposé à l'aspect purement organique de leur musique. Les morceaux de ce disque sont une confrontation et une fusion constante de ces deux éléments.

Dans ses inspirations musicales, Boris cite "beaucoup de classic-rock, un peu de prog', une once de grunge, un filet de stoner et un certain nombre de films et de livres". Une chose est certaine, cette recette est une parfaite réussite! Pour l'écriture de cette critique j'ai écouté encore et encore chacune de ces merveilles compositions, et, à chaque écoute je découvrais de nouveaux éléments qui venaient charmer mon oreille de mélomane. J'y ai trouvé beaucoup d'éléments de rock/metal progressive, mais aussi énormément de clins d'oeil à Pink Floyd.

Au niveau de la production, elle est impeccable et léchée à la perfection : Kali Yuga et Collapse m'ont donné la chair de poule tellement tout est sublime dans ces deux morceaux. Les musiciens ont une réelle alchimie musicale et les heures de jam passées ensemble ont donné naissance à ce merveilleux projet.



Le radar analytique et intense d'Eddy


1.Ignition : introduction qui met l'auditeur dans le bain dès le départ : ambiance spatiale accompagnée de voix d'astronautes pour un voyage dans des contrées lointaines dont personne ne sortira indemne, en tout cas pas nos tympans qui jubilent à chaque note... Ensuite s'en vient une belle envolée aux allures de rock progressif intense avec également une structure musicale qui n'est pas sans rappeler le style musical de Fear Factory. La guitare est rapide et criante avec une distortion de haut calibre et des riffs dignes des plus grands "guitar heroes" de ce monde. A 4:00, il y a un moment d'accalmie qui précède les effets sonores/claviers de dB, qui sont un bel hommage au regrétté Rick Wright. Le solo de guitare de Boris, très influencé par le jeu de David Gilmour me fait penser au solo final de Confortably Numb, une belle inspiration et un vibrant hommage !


2.Collision : introduction où la basse de Jalil se mêle avec les notes électro/techno pendant 2:50. La grosse guitare vient furieusement prendre sa place pour créer une espèce de spirale très efficace qui vient t'aspirer tout en te mettant une énorme claque dans la gueule. Du génie ! Collision vient entrecouper le disque en deux parties.


3.Kali Yuga : on commence en douceur avec un riff hypnotisant et on plonge dans cette pièce atmosphérique et cinématique où chaque passage est habilement maîtrisé. L'auditeur a l'occasion de lâcher prise pendant dix minutes. Le son des toms de la batterie de Walter, comme sur Collapse d'ailleurs, est très similaire à celui de Nick Mason sur Time (Dark Side Of The Moon). La progression de la guitare sur cette pièce ferait pâlir n'importe quelle formation bien établie sur la scène progressive. Une chose est sure : Boris s'est éclaté sur sa quatre cordes !


4.Rackman : introduction menaçante et futuriste pour cette pièce épique à souhaits. Si j'écrivais un film, je voudrais que ça soit Monkey3 qui compose la trame sonore, tellement ils arrivent à créer quelque chose d'une beauté sans fin! Le riff de guitare, lourd comme les enfers nous plonge ici dans un décor apocalyptique.


5.Collapse : mon morceau préféré de l'album! C'est un émouvant hommage à Pink Floyd, sans essayer de copier mais juste en s'inspirant, avec le son unique de Monkey3 et bien sur le côté moderne propre à leur son. Il y a des clins d'oeil à Another Break In The Wall, Time, Shine On You Crazy Diamond, Echoes et One Of These Days. Collapse est la cerise sur le gâteau pour clôturer cet enregistrement qui entrera dans l'histoire. Eargasm !

Il y a des effets psychédéliques qui m'ont fait penser à Fly Like An Eagle de Steve Miller Band.



Les informations inutiles d'Eddy


-La pochette a été réalisée par l'artiste allemand Sébastien Jerke qui a déjà travaillé avec, le groupe dans le passé, mais également avec, entre autres, My Sleeping Karma, Alestorm et GloryHammer. Il a également créé des affiches et visuels pour les festivals Freak Valley, Keep It Low, Up In Smoke et le Desertfest. Pour aller voir ses oeuvres, c'est par ici: www.sebastienjerke.de


-Vous pouvez retrouver l'intégralité de leur concert d'anthologie au Hellfest 2022 :


-Etant un grand amteur de stoner/psyché instrumental et de Pink Floyd, j'ai été grandement séduit par ce disque car il réunit deux de mes amours musicaux.


-Un grand merci à Boris De Piante qui a eu la patience et la gentillesse de répondre à mes questions. En pleine période de promotion, c'est vraiment apprécié!


-Merci à mon ami Thomas Vandevelde qui m'a fait découvrir ce groupe il y a une dizaine d'années!



-Label : Napalm Records

-Pour fans de : Monkey3, Pink Floyd, My Sleeping Karma, Stoner/Psyché instrumental au sens large, trip cosmique intersidéral !


178 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page